Bain utilise des cookies pour améliorer la fonctionnalité et la performance de ce site. En poursuivant votre navigation suce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations, veuillez-vous référer à notre politique de confidentialité

We have French content available. View French site.

Capital Finance

Le corporate venture s’essouffle-t-il ?

Le corporate venture s’essouffle-t-il ?

En France, les investissements des fonds de corporate venture sont en chute libre. Le modèle n’est pas exempt de critiques.

  • 26 novembre 2018
  • min

Capital Finance

Le corporate venture s’essouffle-t-il ?

A la mi-novembre, Michelin formalisait son fonds de corporate venture (il entend déployer entre 25 et 30 M€ par an). Dans le même temps, Schneider Electric Ventures annonçait qu’il mettrait au travail entre 300 et 500 M€ dans les cinq prochaines années. Début octobre, AG2R-La Mondiale se dotait, quant à lui, d’une petite structure d’investissement (AML Innovation disposant d’une dotation de 10 M€ pour financer assurtech, fintech et e-santé).

Et si, derrière ces initiatives, se masquait un relatif essoufflement du corporate venture en France ? D’après le baromètre exclusif dressé par Capital Finance, les fonds de corporate venture n’ont participé qu’à une petite trentaine de tours de table entre janvier et septembre. C’est 28 % de moins en un an (lire, p. 26-27). La troisième édition du rapport « David avec Goliath », récemment publié par Raise et Bain & Company, soulignait que les relations entre start-up et grands groupes se traduisent moins par des prises de participation que par des partenariats business et autres accompagnements (labs, incubateurs, accélérateurs).

...

 

Cliquez ICI pour télécharger notre étude

See more on Capital Finance