Bain utilise des cookies pour améliorer la fonctionnalité et la performance de ce site. En poursuivant votre navigation suce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations, veuillez-vous référer à notre politique de confidentialité

We have French content available. View French site.

Les tech trends du monde d’après | Episode 3

Les tech trends du monde d’après | Episode 3

5 enseignements que les corporates peuvent tirer des startups face aux nouvelles méthodes de travail

  • min
Les tech trends du monde d’après | Episode 3
fr
En Bref
  • Tendance 1: Au-delà de la mise en place de nouveaux outils, les entreprises devront lancer un chantier d’acculturation au numérique pour prospérer dans un monde où le travail se digitalise
  • Tendance 2 : Repenser l’organisation interne et le pilotage de la performance pour une réponse rapide et agile face à l’imprévisible
  • Tendance 3 : Devenir une organisation apprenante, essentiel pour mieux affronter la nouvelle norme de l’incertain
  • Tendance 4: Le COVID-19 contraint les entreprises à repenser leur stratégie de communication
  • Tendance 5 : Miser sur un leadership empathique pour garantir l’épanouissement des employés en temps de crise

La crise du Covid-19 a indéniablement bouleversé les méthodes de travail. Un retour à la normale étant peu probable, l’agilité et la rapidité sont devenus les critères clés pour prospérer dans un monde qui demeurera incertain. Les grands groupes ont de précieux enseignements à tirer des jeunes pousses pour s’adapter aux méthodes de travail du monde d’après. Grâce aux liens privilégiés et échanges réguliers que nous entretenons chez Bain & Company avec les 130 startups et VCs membres de notre Bain Digital Ecosystem, et à la lumière notre accompagnement de nombreux grands groupes dans la définition de leur stratégie face à cette crise, nous avons identifié des transformations clés du monde de l’innovation provoquées par la crise du COVID-19, dont cet article se veut le troisième épisode de notre série estivale « Les tech trends du monde d’après » : quels sont les 5 enseignements clés que les grands groupes peuvent tirer des startups pour s’adapter aux nouvelles méthodes de travail ?

Merci aux startups Learn Assembly, Supermood, Toucan Toco, Incenteev et Yoobic pour leurs témoignages !

Tendance 1: Au-delà de la mise en place de nouveaux outils, les entreprises devront lancer un chantier d’acculturation au numérique pour prospérer dans un monde où le travail se digitalise 

Le travail à distance forcé a mis en exergue la nécessité de rapidement s’adapter à un monde dans lequel travailler de chez soi pourrait devenir la norme, « avec 62% des français qui aimeraient adopter le télétravail post confinement ». Même si pour beaucoup de jeunes pousses le travail à distance est une pratique commune, de nombreuses entreprises ont dû rapidement déployer de nouveaux outils. Que ce soit d’un point du vue hardware, avec une explosion de la demande des entreprises en PC portables pour leurs collaborateurs, d’un point de vue software avec le déploiement de nouveaux outils de travail collaboratif tels que Slack ou Microsoft Teams et diverses solutions de vidéo-conférences telles que Zoom, ou encore le déploiement de solutions de cyber-sécurité, de nombreuses entreprises sont face à un vaste chantier d’acculturation digitale. En effet, au-delà du déploiement rapide de ces nouveaux outils, les entreprises devront également s’assurer de leur bonne prise en main par les collaborateurs, pas toujours évidente. Comme nous l’indique Learn Assembly, spécialiste de la formation en présentiel et à distance aux nouvelles compétences de l’ère du numérique :

« L’acculturation à de nouveaux outils ne pourra se faire en seulement 3 mois »,

Learn Assembly

Ainsi un réel travail de formation et une acculturation au digital des collaborateurs en continue sera nécessaire pour que ces organisations puissent être réellement efficaces dans un monde où les interactions professionnelles seront de plus en plus digitalisées. 

Tendance 2 :  Repenser l’organisation interne et le pilotage de la performance pour une réponse rapide et agile face à l’imprévisible

Dans un contexte particulièrement volatile dans lequel les entreprises doivent être d’autant plus réactives pour assurer la continuité de l’activité, d'après Supermood, spécialiste de l’engagement collaborateur au sein des organisations :

« Centraliser l’information et décentraliser les actions sera critique pour répondre avec rapidité et agilité aux nouveaux challenges du monde d’après » , Supermood

Définir une stratégie et une vision à l’échelle globale de l’entreprise puis les faire ruisseler vers des équipes ou « squad » pluridisciplinaires et autonomes fonctionnant en mode projet, réduit considérablement les silos internes, accélérant ainsi la création rapide de nouvelles offres et produits alignés sur des besoins clients désormais très volatiles. Ces typologies d’organisation plus horizontales, déjà dans l’ADN de nombreuses startups, ont permis à certaines d’entre elles d’être particulièrement efficace dans le développement de nouvelles offres. Comme nous le confie le fondateur de Learn Assembly :

« Avec une équipe de 3 ou 4 collaborateurs nous avons rédigé un kit de survie des formateurs à distance, publié en 10 jours et qui a généré plus de 1000 téléchargements en l’espace de 2 mois. Notre modèle d’organisation est déclinable à plus grande échelle, dans les grands groupes »,

Learn Assembly

Certains grands groupes ont d’ailleurs compris l’intérêt de tendre vers une organisation plus horizontale. Comme nous le confie le fondateur de Toucan Toco, startup spécialisée dans la data visualisation et le data storytelling :

« Un grand acteur bancaire français, s’est tourné vers nous pour être conseillé sur la migration d’une de ses filiales vers une organisation agile en squad, inspirée du modèle Spotify »,

Toucan Toco

Cependant, ces changements organisationnels induisent également une nouvelle approche du pilotage de la performance comme avec par exemple la méthodologie OKR (Objective Key Results). Celle-ci consiste à établir des objectifs ambitieux qui se déclinent ensuite à tous les niveaux de l’entreprise dans le but d’obtenir des « résultats clés » et mesurables via un suivi régulier et l’identification rapide d’axes d’amélioration. Ainsi, repenser le pilotage de la performance est clé pour générer un engagement accru des collaborateurs, augmentant au passage l’efficacité des équipes. Comme nous l’indique Incenteev, startup offrant une solution de coaching digital destinée aux équipes commerciales :

« Nous avons établi de nouveaux rituels, avec des points plus fréquents entre les managers et les équipes sur le suivi des objectifs et des points bloquants avec du coaching » ,

Incenteev

Tendance 3 : Devenir une organisation apprenante, essentiel pour mieux affronter la nouvelle norme de l’incertain 

Dans le contexte du COVID-19, les entreprises ont été contraintes d’effectuer une transformation numérique à la hâte afin d’assurer le maintien de l’activité. La crise a mis en lumière de nombreuses lacunes technologique et managériales, illustrant à quel point il était critique pour les entreprises de devenir des organisations apprenantes. Comme l’explique Learn Assembly :

« Une organisation apprenante met en place des stratégies pour apprendre en continu et rester en phase avec un environnement changeant et instable »,

Learn Assembly

Force est de constater, les organisations qui avaient déjà appris à utiliser des solutions innovantes sont celles qui se sont ajustées le plus rapidement à la crise, comme c’est par exemple le cas des entreprises qui savaient déjà utiliser le Machine Learning pour affronter les chocs externes impactant leur chaîne d’approvisionnement. Par ailleurs, celles qui avaient déjà mis en place les processus managériaux promouvant l’agilité et le « reskilling » continu des collaborateurs autour de nouvelles compétences numériques clés, comme par exemple la prise de décision les yeux rivés sur la donnée, sont souvent celles qui ont pu se réorganiser et réagir le plus efficacement à ces bouleversements.

« La résilience des grands groupes dans le monde de demain dépendra de leur capacité à devenir des organisations capables d’apprendre de leur passé mais également du vécu de leurs équipes »,

Learn Assembly

Tendance 4:  Le COVID-19 contraint les entreprises à repenser leur stratégie de communication

Face à l'épidémie du COVID-19, les entreprises ont réalisé à quel point il était primordial de repenser leur stratégie de communication. La communication des startups en temps de crise a d’une part été marquée par une forte accélération de leurs initiatives de marketing digital, avec une démocratisation des webinaires ou encore des master classes virtuelles. Comme nous le confie Incenteev :

« Pendant le confinement, nous avons lancé nos ‟Master Classes de l'Excellence Commerciale” afin de refocaliser nos efforts sur nos clients et de leur partager notre expertise en leur fournissant un contenu de qualité et utile pour faire face à leurs problématiques actuelles »,

Incenteev

Dans une autre mesure, des startups ont misé sur la production rapide de contenu en accès gratuit, publiés sur divers canaux digitaux. Selon Supermood, la crise sanitaire a montré la pertinence d’une communication digitale "content first".

« Nous avons consolidé toutes nos données puis nous les avons extrapolées à l’ensemble de la population active sous la forme de baromètres ou d’études de tendance, partagés sur LinkedIn. L’objectif est de partager avec les organisations des informations claires et utiles concernant le moral, la motivation ou encore le manque de lien social ressenti par les français dans le contexte de la crise »,

Supermood

Par ailleurs, certaines startups ont opté pour une approche plus créative de leur communication externe. Comme l’explique le fondateur de Learn Assembly :

« Nous avons publié des BD sur les réseaux et rédigé une nouvelle dystopique décrivant un monde où la population française est régulièrement confinée, et dans lequel l’Etat rend la formation obligatoire »,

Learn Assembly

D’autre part, recentrer la communication sur les valeurs et les missions de l’entreprise est d’autant plus essentiel en temps de crise. Comme le souligne Incenteev :

« Il est aujourd’hui primordial d’avoir une parole forte de leader qui s'impose par sa clarté, sa simplicité et sa générosité, et qui permet de réaffirmer les valeurs de l'entreprises et ses missions »,

Incenteev

Tendance 5 : Miser sur un leadership empathique pour garantir l’épanouissement des employés en temps de crise

La crise a accentué la nécessité pour les managers de renforcer les liens avec leurs équipes. Le leadership empathique, déjà commun au sein des startups est devenu essentiel pour minimiser les impacts néfastes de la crise sur le mental des employés. Toucan Toco a par exemple misé sur une « louder communication » en mettant l'accent sur une communication interne renforcée.

« Nous avons envoyé des questionnaires à remplir de manière anonyme aux collaborateurs avec des questions portant sur leur bien-être, permettant l’identification des signaux faibles d’un éventuel mal-être des employés. Nous menions ce type d’initiatives tous les 15 jours pendant la période de confinement »,

Toucan Toco

Par ailleurs pour assurer la motivation et donc l’épanouissement des employés, Supermood nous confie :

« Il sera nécessaire de dessiner un nouveau contrat moral entre l'employeur et l'employé afin d'identifier de nouveaux leviers de motivation axés sur l’épanouissement au travail dans l’ère post-covid »,

Supermood

Dans une autre mesure, la crise a mis en lumière à quel point il était primordial de renforcer le sentiment d’inclusion des collaborateurs, notamment au regard des mesures de chômage partiel. Comme nous l'explique Yoobic, éditeur d'une plateforme digitale de coordination des équipes terrain :

« Bien que notre team ‟rebound”, en chômage partiel, n’avait plus accès aux outils de travail, nous avons maintenu le lien via notre messagerie interne permettant de partager les actualités de l'entreprise ou encore en organisant des cours de sport virtuels »,

Yoobic

Face aux nombreux défis soulevés par la crise du COVID, les entreprises doivent adapter de manière agile et rapide leurs méthodes de travail afin de prospérer dans le monde d'après. Dans le prochain épisode de notre série « Les tech trends du monde d’après », nous mettrons en lumière l'impact du COVID sur l'accès aux sources de financement des startups. 

Stay tuned!

Pour retrouver les épisodes précédents de notre série estivale "les tech trends du monde d'après" :

Pour en savoir plus sur l'écosystème digital et technologique de Bain : Bain Digital Ecosystem

Vous souhaitez continuer cette conversation ?

Nous aidons des dirigeants du monde entier à matérialiser des impacts et des résultats pérennes et créateurs de valeur dans leurs organisations.